Présentation et histoire de la commune de Kédougou
Comme toute chose, la ville de Kédougou a une histoire. En effet, Kédougou mot d'origine sarakhollé "ki-kédougou" c'est à dire l'endroit destiné aux cultures, est fondé vers 1825 par un laborieux homme. Cet homme, c'est Massirin Ba. Essayons de jeter un regard sur le parcours de ce dernier.

Originaire de Diawara dans le Djidimakhan au Bakel, Massirin Ba est le fruit d'un métissage entre un toucouleur et une sarakhollé. Comme il était de coutume à cette époque de perfectionner l'étude coranique auprès des grands marabouts,à l'âge de 32 ans, cet homme s'est rendu dans le Fouta-Djallon plus précisément à Dinguiraye dans le même dessein que la plupart d ses contemporains musulmans.

Ne recevant pas les nouvelles de leurs fils ayant quitté le village depuis 10 ans, ses parents demandèrent à Saliamba d'aller à la rcherche de son jeune frère.
Celui-ci, accompagné de sa femme, mena des enquêtes et finit par retrouver Massirin Ba.
Au retour , ils suivirent le thiokoye et séjournèrent pendant trois hivernages dans une zone de cette localité et laquelle
prendra plus tard le nom de Saliamba. Ils y prospérèrent et y menèrent une vie florissante mais avec la fréquence des vols de bétail dont ils étaient victimes, ils décampèrent et allèrent s'installer dans le Niokolo plus précisément à Marougounding à 27 km de Kédougou.

Mais là aussi ils détalèrent car il n'y avait que des animistes et prirent le chemin pour Syllacounda.
Mal accueillis ici à cause de leurs grands troupeaux, ils passèrent par Laminya et s'installèrent à Samecouta où le site leur était favorable.
Il y perdit son frère Saliamba.

Par sa passion effrènée de la chasse, il découvrit des terres fertiles au voisinage de la grande mosquée et y commença à construire des cases.
Ici encore, il n'échappa pas aux razzias menés par Oumar Ndella dans cette zone et à la méchanceté de la chefferie des Sadiakhou dont le roi résidait à Djicye.
C'est seulement avec l'intervention de Alpha Yaya Chef du diwal de Fouta Djallon, qu'il commença à trouver la paix.

Il pratiquait la chasse, le commerce et enseigner le Coran.
Il s'enrichit,créa une armée d'autodéfense et eut de nombreux descendants,il mourut en 1872.

Son successeur fut Fodé Ba, fils de Saliamba.
Très intelligent, celui-ci signa en 1881 un protectorat avec les colons.
En 1887, il fut nommé par les colons comme chef de province qui s'étendait de Maroute dans le Fongolimbi jusqu'à Ebarak.
C'est seulement en 1900 après sa mort que Kédougou fut divisé en six cantons à savoir: le Niokolo, le Bandé,le Bassari, le Dentila, le Bélédougou et le Sirimana.

Son premier fils Alioune Ba lui succéda et régna sur le Niokolo de 1900 à 1928.
Bakary Ba, père du maire Mamadou Ba , régna de 1928 à 1930.
Année à laquelle il fut démis des fonctions car il était perçut par les colons comme un procommuniste.
Diadié Ba prit la relève.

Kédougou eut pour premier conseiller territorial originaire du terroir Yousouph Sidibé qui exerça cette fonction de 1952 à 1957.
Par ailleurs,Kédougou connaissait ses premiers lotissements en 1956 et comprenait deux quartiers administratifs: Mosquée, Dinguessou.
En 1957 Dandé Mayo s'ajoute aux quartiers administratifs et Kédougou ne connaître que ces quartiers jusqu'en 1992 où trois nouveaux quartiers administratifs: Togoro, Gomba, Dalaba, ont été crées.

Kédougou a connu aussi une vie politique très active notamment avec les représentant du BDS, de la SFIO, du RDA, du PRA/Sénégal.
Toutefois, ce n'est qu'en 1961 que Kédougou est érigée en commune et a connu les maires suivants:

  • Premier Maire: Mady Cissokho de 1961 à 1968
  • c'est lui qui édifia le bâtiment de la mairie en 1964; le CDEPS en 1961, l'aviation et l'école municipale....
  • Deuxième Maire:Elhadj Mamoudou Cissokho de 1968 à 1973
  • Troisième Maire: Karamokho Diaby de 1973 à 1975
  • Quatrième Maire: Mamba Guirassy de 1975 à 1993
  • Cinquième Maire:Bocar Sidibé de 1993 à 2002
  • Sixième Maire: Amath Dansokho de 2002 à 2007
  • Septième Maire: Moustapha Mamba Guirassy du 08 Mai 2009 à nos jours

Présentation de Kédougou

Le département de Kédougou a été érigé en région en 2008 avec les nouvelles réformes administratives qu’a connues le Sénégal, au même titre que Kaffrine et Sédhiou. Cette nouvelle région est située au sud-est du Sénégal à 702 kilomètres de la capitale «Dakar». Elle compte 125.000 habitants et couvre une superficie de 16.896 km2 avec une densité de 13hbts/km2. La région de Kédougou est limitée au nord et à l’ouest par la région de Tambacounda, au sud par la Guinée Conakry et à l’est par le Mali. Elle compte trois départements. Il s’agit de : Kédougou, Salémata et Saraya. Ses arrondissements sont : Bandafassi, Fongolimbi, Dar Salam, Dakatély, Bembou et Sabodala. La région comprend en outre seize communautés rurales qui sont : Bandafassi, Dindéfélo, Tomboronkoto, Ninéfescha, Fongolimbi, Dimboli, Bembou, Madina Baffé, Sabodala, Missirah Sirimana, Khossanto, Dar Salam, Oubadji, Éthiolo, Dakatély et Thiankoye. La population est composée en grande majorité de jeunes. Les moins de 20 ans représentent 55,9%. 52,3% de la population est composée de femmes et 61,8% des personnes âgées de plus de 15ans sont mariées et polygames à 38%.


Source: alhousseyni baldé et alhassana baldé: journal le Lycéen